Le discernement vocationnel d'un futur prêtre

83778260_2760822730631092_1343985139109068800_o

La formation d’un séminariste comporte plusieurs étapes permettant au candidat au presbytérat et à ses formateurs d’effectuer un discernement vocationnel éclairé. Outre la formation philosophique et théologique, les cinq années au grand séminaire offrent également au séminariste une formation humaine et spirituelle. Tout au long de son parcours, l’accompagnateur spirituel joue un rôle important, faisant avec lui la relecture de son cheminement passé et actuel. Une fois en stage pastoral, le tuteur s’assure de l’intégration et de la mise en pratique des connaissances pastorales. Le comité de soutien, composé de paroissiens et paroissiennes, offre au stagiaire des reflets, des conseils et il sera consulté par les autorités diocésaines à chacune des étapes du cheminement vers l’ordination.

 

Tout cela vise une prise de décision éclairée et sereine tant de la part du séminariste que de celle des autorités diocésaines. Jusqu’à l’ordination, chacun demeure libre de mettre fin au processus de formation, après un discernement sérieux. Un peu avant Noël, notre stagiaire Hector Avellaneda Sanabria nous informait, Monseigneur l’Archevêque et moi-même, de sa décision de cesser son cheminement vers le presbytérat. Hector a pris cette décision sereinement et librement, après avoir expérimenté la vie pastorale en paroisse pendant un peu plus de deux ans. Au cours de ces années, il a pu participer aux différents aspects du ministère presbytéral : conseils de fabrique, équipe pastorale, équipes d’animation communautaire, catéchèse, présence auprès des jeunes, comité de liturgie et prédication.

 

Hector se verra maintenant confier des tâches pastorales à déterminer par les autorités diocésaines et ce, jusqu’à la fin du mois de juin. Certaines de ces tâches toucheront notre vie paroissiale de plus près et il continuera d’habiter le presbytère de Marie-Médiatrice pendant cette période de transition. Son souci des personnes, sa bonne humeur, son appréciation de la liturgie et son attachement à la Parole de Dieu ont été appréciés des paroissiens et paroissiennes. Nous le remercions pour ces années de présence dans nos communautés et lui souhaitons beaucoup de bonheur et de paix pour la suite de son cheminement humain et spirituel.

 

Steve Lemay, prêtre-curé

Carême 2020: Grandir dans la foi

720x405

C’est le projet d’une vie, une œuvre jamais achevée que celle de grandir dans la foi! Qui peut prétendre s’appuyer sur une foi parfaite? Objectif et moteur de notre cheminement chrétien, la foi déploie sa force dans notre faiblesse, humble ouverture à l’œuvre de Dieu. Nous n’avons jamais fini de revisiter notre histoire, afin d’y découvrir l’amour de Dieu à l’œuvre. Le temps du carême est toujours une belle occasion pour faire le point sur notre engagement à la suite du Christ, pour nous réapproprier les moyens de vivre concrètement l’Évangile et nous ressourcer en nous plongeant au cœur du mystère du Christ. Tout au long du carême, nous portons cette question : suis-je prêt à aller plus loin avec Jésus, à lui faire confiance et à m’abandonner à Lui et à son œuvre dans la foi? Afin de nous aider dans ce discernement spirituel, l’Église nous propose des outils traditionnels, mais toujours aussi actuels : la prière, le jeûne et le partage. S’ils comportent une dimension de sacrifice, ces moyens d’approfondir notre foi sont surtout des opportunités d’offrir toute notre personne, dans une plus grande attention à Dieu et aux autres. C’est ainsi que nous pouvons redécouvrir le sens profond de notre foi : par la mort et la résurrection de Jésus, l’amour de Dieu a vaincu la mort et nous a apporté le Salut! En suivant le Christ dans l’offrande qu’il fait de lui-même, les renoncements et les dépouillements deviennent source de vie éternelle. Plus Dieu occupe de l’espace en nous, plus nous pouvons témoigner de son amour et plus la vie triomphe! Il faut cependant nous laisser désencombrer de tout ce qui fait entrave à l’œuvre de l’Esprit, créer de l’espace en nous et dans notre horaire pour la rencontre avec Dieu, pour l’accueil de l’autre et de ses besoins. Jeûner, prier et partager, afin de nous centrer sur l’essentiel : l’amour de Dieu que je peux goûter en moi, dans la rencontre de mes frères et sœurs et dans la contemplation. Nous sommes aimés de Dieu et appelés à être témoins de son amour pour le monde. Cette conviction ne cessera jamais de nous faire grandir dans la foi! Pendant ce carême, les célébrations de nos communautés mettront l’accent sur la profession de foi, que nous proclamerons sous la forme baptismale, le regard fixé sur la croix. N’oublions pas de prier les uns pour les autres et de choisir des moyens de partager de notre temps, de nos talents et de nos ressources. Bon carême, bonne croissance dans la foi!

 

Steve Lemay, prêtre 

L'excellence, rien de moins!

ehstoday_10367_safety_excellence

Notre époque met en valeur la performance à tous les niveaux. Les exploits des athlètes impressionnent, les capacités vocales ou musicales d’artistes sont admirées, les résultats des joueurs en tous genres sont publiés… Il existe des classements pour les sportifs, les fortunes, les écoles, les métiers, les salaires… Évidemment, personne ne veut être bon dernier dans le palmarès et les occasions de nous comparer les uns aux autres ne manquent pas. Comment être étonnés que nous parlions maintenant d’anxiété de performance… Nous désirons tous être performants dans un ou plusieurs aspects de notre vie; c’est en relation avec l’estime que nous avons de nous-mêmes. Il demeure pourtant un domaine où l’excellence ne semble pas être un objectif pour plusieurs de nos contemporains : la morale! Sur les questions touchant les actes humains, surtout si un acte ne concerne que la personne elle-même, une certaine nonchalance règne. Fais ce que tu veux, pour autant que tu ne déranges personne, cela ne concerne pas les autres…

 

Dans l’Évangile de ce dimanche, le Seigneur nous invite à choisir une morale de l’excellence, dans tous les aspects de notre existence humaine « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. » Celui qui observe la loi et l’enseigne sera déclaré grand! Nous sommes loin du laisser-faire et du chacun son opinion… En référant aux grands commandements, Jésus invite ses disciples non seulement à les respecter, mais à les dépasser. Pour répondre à cet appel à l’excellence et au dépassement, il ne faut pas avoir pour motivation la peur de la réprimande ou encore l’attente d’une rétribution, mais bien l’amour de Dieu et du prochain! L’amour seul peut nous donner l’élan, nous aidant à offrir un oui qui soit vraiment un oui. S’éloigner du mal et choisir le bien, non pas pour être aimés, mais bien parce que nous sommes aimés et conscients que l’amour est la seule réponse valable à l’amour. Pour devenir excellents en amour, choisissons le meilleur maître qui soit : Jésus-Christ! Il ne s’est jamais limité au minimum, puisqu’il s’est donné entièrement pour l’humanité. Il nous invite à nous engager totalement à sa suite, propulsés par le désir profond d’être vraiment ce qu’il est venu faire de nous : des fils et des filles de Dieu! N’est-ce pas un projet stimulant pour nous tous et toutes? Refusons d’être seulement dans la moyenne et rivalisons d’audace pour vivre chaque instant en cohérence avec l’Évangile. Enracinons chacun de nos actes, chacune de nos paroles et de nos décisions dans l’amour, à la manière du Maître.  

 

Steve Lemay, prêtre